WANTON BISHOPS + IMARHAN ce vendredi au Sonambule de Gignac

Surnommés les Black Keys libanais, The Wanton Bishops vire au blues garage. Ces évêques dévergondés cachent bien leur jeu, leur blues caverneux semble avoir croupi aux bords du Mississippi, alors qu’il s’est doré la pilule sous le soleil d’Orient.
C’est sur un trottoir de Beyrouth, lors d’une bagarre, que Nader Mansour (chant, guitare, oud et harmonica) rencontre Salim Naffah (choeurs, guitares), en 2014, année de la sortie de leur 1er LP. Ce sont d’abord les premières parties de Guns n’ Roses, Lana del Rey ou encore The Who, puis très vite les tournées aux USA (SXSW…), Afrique du Sud (Rocking The Daisies…), Canada (Montréal Int Jazz Festival) et Europe (Printemps de Bourges, MaMA, Reeperbhan…) L’album « Sleep with the lights on » a été réalisé en collaboration avec Brian Lucey (Black Keys, Arctic Monkeys…). Actuellement playlisté sur Ouï Fm et Fip, soutenus par Red Bull Music, et en partenariat avec Rolling Stone, l’éclosion de leur nouvel album est attendue au printemps 2016.

IMARHAN
Le nom de ce groupe de six jeunes touaregs formé à Tamanrasset, dans le sud de l’Algérie, signifie dans
la langue de son peuple Tamashek “ceux qui nous veulent du bien”.
Produit par le bassiste de Tinariwen, cousin du principal chanteur-guitariste d’Imarhan, le groupe a joué avec Giant Sand et Steve Shelley (Sonic Youth), et assuré les premières parties de Songhoy Blues. Le premier album de ces hommes en bleu, attendu en avril prochain, chez City Slang, devrait ainsi regorger d’une transe assouf (blues du désert), rock, à l’instar du premier extrait Tahabort, qui fait souffler un vent d’air chaud comme le Sirocco sur l’hiver.

Imarhan est la voix d’une nouvelle génération bouillonnante, appartenant à une Tamanrasset rythmée sans relâche de fêtes touaregs électriques… Symbiose de musique traditionnelle, d’influences pop d’Algérie, d’Afrique Sub saharienne et de l’Occident, Imarhan célèbre le quotidien de l’ardente jeunesse Kel Tamashek, entre l’immensité du désert et la vie citadine.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire