Portrait de femme : Tanya Hilderal, coach en développement personnel et professionnel

 

Tanya, jeune trentenaire, a décidé de dédier sa vie au bien-être des autres en devenant coach en développement personnel et professionnel.
Zoom sur une femme qui vous veut du bien.

Quel est votre âge ?
30 ans.

Quel est votre statut (célibataire, en couple, mariée…) ?
Célibataire.

Avez-vous des enfants?
2 enfants.

Quel est votre métier?
Coach en développement personnel et professionnel.

Pouvez-vous nous décrire votre métier ?
Je suis une lampe torche.
Je ne suis ni la serrure, ni la clé mais la lampe qui vous apporte un éclairage nouveau afin que vous puissiez trouver en vous la clé(les ressources) qui conviendra à votre serrure(votre problématique). De façon beaucoup moins métaphorique, je vous aide à répondre à vos objectifs en vous donnant des outils et des pistes.
Ceci ce fait en quatre étapes principales :
– Un état des lieux (où en êtes-vous aujourd’hui?)
– Déterminer votre objectif.
– Comprendre pourquoi vous ne parvenez pas à y répondre favorablement.
– Supprimer ou contourner vos points de blocages.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre activité ?
Ce que j’apprécie le plus dans ma profession c’est ce travail de recherche et d’introspection qui prouve que chaque personne (aussi perdue se pense-t-elle) fonctionne avec une magnifique logique inconsciente qu’elle doit mettre en lumière, comprendre puis appréhender. Il y a tellement de richesse et de singularité en chacun : ça en fait le métier merveilleux et passionnant qu’est le coaching.

Avez-vous été confrontée à des difficultés ? Si oui, lesquelles ?
La principale difficulté à laquelle j’ai dû faire face est l’idée que les clients se font du coaching.
On s’attend bien souvent à ce que je fonctionne comme un médecin :
-Quels sont vos symptômes ?
– …
– ok, très bien, je vous prescris trois comprimés de : « je suis la meilleure » à prendre trois fois par jour et un verre de « j’y arriverai » pendant 3 mois.
Eh bien, NON !
Mes études de psycho y sont certainement pour beaucoup, mais en plus d’outils factuels on cherchera à comprendre la racine de votre problématique. On ne peut pas se contenter des symptômes quelle provoque.

Comment faites-vous pour vous organiser avec vos enfants ?
J’ai la chance de ne pas être livrée à moi-même et d’avoir le soutien de ma mère qui se rend disponible pour mes enfants.

Qu’est-ce que vous faites pendant vos loisirs ?
J’aime ne pas pouvoir répondre à cette question.
Mon temps libre est le terrain de jeu de notre spontanéité à mes enfants et moi.
Mais si je devais n’en citer qu’un, ça serait les randonnées.

Quel est l’adjectif qui vous définit le mieux ?
L’empathie. Ce qui me tient fermement ancrée dans mon domaine.

Quel est votre défaut ?
L’empathie. Ce qui me tient tellement ancrée que j’ai du mal à en sortir !

Quel est votre rêve le plus cher ?
Mon rêve est que chacun prenne à charge de se « sauver » avant de vouloir sauver le monde. En agissant ainsi chacun sauve le monde à sa mesure.

Quelle femme vous inspire ?
Joyce Meyer pour sa résilience.

Quel est l’endroit que vous aimez bien dans la région ?
Au risque de ne pas être très originale : les paillotes l’été, en début de soirée, en tête à tête avec un somptueux panorama accompagné d’une petite musique jazzy ou blues en fond sonore, c’est tout ce qu’il me faut pour voyager intérieurement.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :