S’aimer enfin! – Dr Christophe Fauré

 

Le partage du vendredi.
Aujourd’hui, nous avons choisi de vous présenter:

S’AIMER ENFIN !

Un chemin initiatique pour retrouver l’essentiel

DR CHRISTOPHE FAURÉ

Albin Michel

 

Christophe Fauré est un psychiatre connu, spécialisé dans l’accompagnement face aux deuils et autres ruptures de la vie. Il a déjà publié plusieurs ouvrages dont Vivre le deuil au jour le jour, Maintenant ou jamais ou encore Ensemble mais seuls. Il intervient aussi régulièrement dans des émissions à la télévision ou à la radio et dans Psychologies magazine. En revanche, ce que l’on sait moins, c’est qu’il a été moine bouddhiste.

S’aimer enfin, un chemin initiatique pour retrouver l’essentiel, c’est son histoire, une histoire délivrée en toute humilité et en toute transparence.

Il nous raconte son chemin, ses doutes, ses blessures et les questions qui l’ont mené de la psychiatrie et de sa vie parisienne au bouddhisme et au monastère de Dhagpo Kagyu Ling dans le Périgord. Et il nous partage à cœur ouvert cette expérience qui l’a profondément transformé.

Il nous éclaire, entre autres, sur la vie dans le monastère et sur la pratique de la méditation. Il nous raconte aussi le pèlerinage qu’il a effectué en Inde et nous révèle pourquoi il a décidé de revenir à la vie civile.

A travers ce livre, il nous encourage à faire des choix, à suivre la voie de l’éveil afin de trouver la paix, à nous aimer et nous aider nous-même pour mieux aider les autres. A la fin de l’ouvrage, il nous délivre les quatre grands enseignements qu’il a tirés de cette expérience : des pages inspirantes à relire régulièrement.

Bien entendu, il est beaucoup question de traditions et de pratiques bouddhistes dans cet ouvrage. Toutefois, il n’est pas nécessaire d’être initié pour suivre le cheminement de l’auteur car tout y est expliqué de façon simple et claire. On peut même justement percevoir ce livre comme une jolie initiation au bouddhisme. De plus, Christophe Fauré aborde ce sujet car c’est celui qu’il connait et qui lui a donné une autre vision de la vie, toutefois, il est important de noter que ce livre n’a pas une vocation religieuse mais spirituelle. Chacun pourra donc y trouver un intérêt qu’elle que soit sa religion. Remarquons aussi que sa « double casquette » de médecin et de moine rend l’ouvrage très intéressant et prouve que science et spiritualité ne sont pas antinomiques.

Grâce à sa vision et aux enseignements qu’il partage avec nous, il nous aide à trouver des réponses, nos réponses face à certaines questions existentielles ou doutes qui peuvent ternir notre vie.

Il nous invite à entreprendre un voyage intérieur et à faire une place à la spiritualité dans notre quotidien endiablé.

C’est un livre magnifique et poignant, un témoignage sincère et touchant, une lecture positive et infiniment inspirante. Merci pour ce partage généreux et si enrichissant Dr Fauré !

 

Extraits :

« Qui n’a pas eu un jour envie de changer de vie ? Qui n’a jamais ressenti ce mal-être du dimanche soir, avec cette impression de vivre à côté de sa vie ? Le désir d’une existence qui aurait plus de sens, plus de profondeur, plus de vérité ? Qui n’a jamais éprouvé ce manque indéfinissable au cœur du quotidien ? Un « quelque chose » qui ferait toute la différence entre une vie menée en pilotage automatique et une existence dont on pourrait être légitimement fier et heureux car elle reflète les aspects les plus beaux de notre être ? »

« Et pourtant, c’est durant ces années de profonde solitude que j’ai écrit les livres qui ont le plus touché les gens, comme si le fait de mettre le genou à terre m’ouvrait à des dimensions de cœur jusque-là inaccessibles. Il n’y a pas de lumière sans ombre. Cela aussi est le chemin. »

« Ne serait-il pas angoissant, arrivé au terme de notre vie, de nous rendre compte que nous n’en avons rien fait, que nous n’avons pas aimé, que nous n’avons rien donné, rien appris ? Cela ne serait-il pas terrifiant ? J’ai trop souvent entendu ce constat, triste et amer, de la bouche de personnes en fin de vie pour ne pas être aujourd’hui certain de la pertinence de ces questions. On peut réellement mourir avant d’être mort, quand on renonce à vivre sa vie, quand on ne fait aucun effort pour lui donner du sens. »

 

Cécile BG

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire