Recettes d’amour et de meurtre – Sally Andrew

Le partage du vendredi.

Aujourd’hui, nous avons choisi de vous présenter :

 

Recettes d’amour et de meurtre

Une enquête de Tannie Maria

Sally Andrew

Flammarion

 

 

Sally Andrew, célèbre pour son engagement pour l’environnement et ses photos au milieu des léopards, a publié ses deux premiers romans en France en 2017.

Recettes d’amour et de meurtre relate la première enquête de Tannie Maria.

Pour vous mettre l’eau à la bouche, je ne résiste pas à vous livrer la quatrième de couverture :

Recette DE MEURTRE

1 HOMME TRAPU QUI MALTRAITE SON EPOUSE

1 PETITE EPOUSE BIEN TENDRE

1 DURE A CUIRE DE TAILLE MOYENNE QUI EN PINCE POUR L’EPOUSE

1 FUSIL DE CHASSE

1 PETITE VILLE DU KAROO MARINEE AU SECRET

3 BOUTEILLES DE BRANDY KLIPDRIFT

1 POIGNEE DE PIMENTS

1 JARDINIER INOFFENSIF

1 NEW-YORKAISE CHAUDE COMME LA BRAISE

7 ADVENTISTES DU SEPTIEME JOOUR (PARES POUR LA FIN DU MONDE)

1 DETECTIVE AMATRICE AVEC UN CŒUR D’ARTICHAUT

2 POLICIERS PLEINS DE SANG-FROID

1 POIGNEE DE FAUSSES PISTES ET DE SUSPECTS BIEN MELANGES

1 PINCEE D’ENVIE

Jetez tous les ingrédients dans une casserole et laissez lentement mijoter pendant quelques années en remuant avec une cuillère en bois.

Vers la fin, ajoutez le piment et le brandy, puis montez le feu.

 

Une recette surprenante pour un livre savoureux.

La détective amatrice, c’est Maria, notre narratrice. Gourmande et excellente cuisinière,  veuve et par conséquent libérée de son mari violent,  elle travaille pour la gazette locale avec une jeune journaliste, Jessie, et la directrice Hattie.

Jusqu’à présent, elle avait en charge la rubrique recettes. Mais suite à une décision de la direction, elle se voit attribuer le courrier des lecteurs. Hors pour Tannie Maria, qui vit cuisine, respire cuisine, pense cuisine et cuisine tout court,  impossible de mettre de côté ses recettes … Alors c’est décidé, elle aidera les gens avec des conseils culinaires : à chaque problème sa recette !

Un jour, elle reçoit la lettre d’une femme battue, qui fait écho à sa propre histoire. Elle lui donne donc la recette du curry d’agneau et lui conseille de le quitter. Mais lorsque cette dernière se fait assassiner, Tannie Maria culpabilise et ne voit pas d’autre solution que de se lancer sur les traces du tueur.

Aidée par ses amies, elle va donc enquêter et se retrouver dans d’étranges situations, parfois cocasses, parfois dangereuses. Elle va également être amenée à rencontrer régulièrement la police et plus si affinités…

On découvre une femme attachante, généreuse, très humaine, une héroïne imparfaite avec un grand manque de confiance en elle, qui parle à ses poules et à ses gâteaux.

Au fil des pages, Sally Andrew aborde la condition des femmes et nous offre également un dépaysement total en Afrique du Sud grâce à de magnifiques descriptions de la faune et de la flore. Le texte est parsemé de termes afrikaans et sud-africains qui peuvent surprendre au début de la lecture mais auxquels on s’habitue assez rapidement (no stress, il y a un glossaire en fin de livre).

Cerise sur le gâteau, après nous avoir fait saliver pendant toute l’histoire, on a le bonheur de découvrir les recettes de Tannie Maria à la fin du livre.

Amusant, touchant, surprenant avec des personnages sympathiques, ce livre mi-cuisine, mi-policier, a tout pour vous faire passer un délicieux moment.
Et si cette lecture vous ouvre l’appétit, vous pouvez continuer votre dégustation avec la nouvelle enquête de Tannie Maria : Vengeance sauce piquante.

 

 

Extraits :

 

« J’ai passé de trop nombreuses années avec un homme qui me battait. Les hématomes et les fractures guérissent. Mais le cœur – le cœur est meurtri à tout jamais. L’amour est quelque chose de précieux. Si vous êtes avec un homme qui vous maltraite, je vous conseille de le quitter. Je sais que c’est une décision difficile à prendre pour plein de raisons. Mais vous pouvez le faire. »

 

« Une fois l’œuf terminé, j’ai dit à la part de gâteau devant moi :

— Mais il faut que je me prépare. On ne peut pas débarquer chez un meurtrier à l’improviste. »

« Dirk a eu beau aboyer comme un babouin en colère, les carottes étaient cuites. Il s’est effondré sur le lit. »

« On est tellement bien ensemble. Trop bien. Le problème, c’est que je suis tellement excité que l’affaire est réglée en deux minutes (…) Karel, le mécanicien (qui a besoin d’un coup de frein) »

 

Cécile BG

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :