PNL : Le confort, un truc de vieux ?


Lors de ma dernière journée-plage cet été, j’ai entendu une personne d’une trentaine d’années pliant, pour la dernière fois de l’année, sa serviette de plage. Il dit avec un visage réjoui : « ouf ! Fini le confort jusqu’à l’année prochaine ! ».

Étonnée, je me suis posée la question de savoir ce qui faisait que pour moi, il n’était pas question de me priver de confort en dehors de l’été, et même, je le recherchais où que je sois…


Devenais-je vieille, abandonnant les derniers bastions d’une forme de rébellion, dernier lien avec, peut-être pas la jeunesse, mais en tout cas la vie intense et passionnée à laquelle j’aspire (toujours et encore) ? Je suis donc allée consulter la définition « officielle » du mot confort dans le Petit Robert. J’y ai lu : «  ». Ou encore : médicament de confort, qui permet de mieux supporter un mal … »

Je savais déjà qu’un mot avait autant d’interprétations que de personnes l’utilisant mais, en tous cas, pour le confort, que ce soit sur le plan mental, émotionnel ou corporel, le but commun semble être : le bien-être !

Alors, peut-être pour me justifier à mes propres yeux, je me suis demandée en quoi le bien-être pouvait être un truc de vieux, ce que j’entends souvent, de même que lorsque l’on parle de Sagesse !

Il y a bien mille et une manières de vivre ces deux nominalisations, alors plutôt que de dire « non, pas ça ! », pourquoi ne pas dire « oui, pourquoi pas ? »ou, encore mieux, « pour quoi, dans quel but ? » :

  • ­­­s’en servir pour faciliter notre chemin vers ce que nous voulons être ?
  •  nous faciliter la tâche ?
  • alléger les prix à payer de nos objectifs (les efforts à fournir) ?
  •  arriver plus vite et mieux aux conséquences positives, à l’appréciation de nos succès et à une réelle envie de les célébrer ?

Bien évidemment, il n’existe pas de recette miracle, mais alors quelles questions doit-on se poser ? Dans la fixation d’un objectif, l’une des conditions les plus dures à tenir n’est l’objectif en lui-même mais plutôt les prix à payer (ou les efforts à fournir), en argent, en énergie, en temps, en relationnel :

  •  sont-ils tous bons pour moi ?
  •  sont-ils trop élevés ?
  •   sont-ils au moins supportables ou envisageables ?
  • S’ils sont bons pour moi alors il n’y a pas de problème.

S’ils sont trop élevés, je peux lâcher l’objectif initial, complètement ou en partie et le redéfinir.

Par contre, s’ils sont moins supportables ou envisageables alors les questions sont :

  •  puis-je alléger ce prix et comment ?
  •   puis-je installer un confort dans ma stratégie pour atteindre mon objectif.
  •  cet objectif est-il difficile à atteindre : oui, non ou sans spécificité  ?
  •   est-il stressant : oui, non ou sans spécificité ?
  •   est-il utile : oui, non, ou sans spécificité ?

Si l’objectif est difficile, stressant et inutile, il y a peu de chance pour que je m’obstine ! Ce n’est pas assez confortable !

Par contre, que puis-je mettre en place pour que cela soit moins difficile, moins stressant et utile ?

À ce moment, je comprends pourquoi je fais aussi le choix du confort !

Il est à noter qu’en milieu professionnel, ce type de questionnement est extrêmement efficace pour supprimer ou déléguer des tâches faites sans conscience particulière et qui grèvent une réelle efficience et un certain confort !

Une fois que l’on a répondu à ces questions, l’image est plus claire, les petites voix perturbatrices à l’intérieur de soi sont moins nombreuses ; il y a plus de calme et de sérénité dans la façon dont l’on va atteindre nos objectifs, moins d’énergie à utiliser et donc plus de confort…

Et enfin, plutôt que de prendre des « médicaments de confort », dont les Français détiennent le dramatique record mondial, pourquoi ne pas envisager juste un peu de temps, de réflexion pour soi et avec soi pour que notre vie soit moins dure, plus légère, constructive, agréable, enrichissante, passionnante, excitante…

À bientôt pour créer ce monde auquel nous voulons appartenir…


par Brigitte Penot 

Enseignante certifiée en communication, coach certifiée, thérapeute

www.apiform.net  / 06 80 87 32 61

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire