Pauline Castellon : L’esthétique au service des femmes

 

Pauline Castellon est esthéticienne de formation.

Elle a souhaité ajouter une corde à son arc avec la reconstruction de l’aréole et du mamelon pour les femmes ayant subit une mastectomie.

Elle nous explique ce choix et le déroulement de cette intervention.

Rencontre avec une jeune femme pétillante.

Propos recueillis par Christine Pugliesi 


Comment avez vous l’idée de faire de la dermopigmentation et de la reconstruction de l’aréole et du mamelon sur les seins des femmes ayant subi une mastectomie suite à un cancer ? Et pourquoi ?

Après avoir obtenu tous mes diplômes d’esthétique, j’ai décidé de suivre une formation de dermographe afin de proposer du maquillage longue durée à mes futures clientes.

C’est assez personnel mais lors de ma formation, une personne de mon entourage très proche a été diagnostiquée d’un cancer du sein. J’étais très jeune mais à ce moment là, le fait de mettre ma passion pour l’art du tatouage au service de celles qui ont été touchées par un cancer du sein est devenu une évidence pour moi.

J’ai malheureusement vu cette personne passer par plusieurs étapes telles que la perte de cheveux, de cils, de sourcils, et la mastectomie. C’est alors que j’ai vraiment vu qu’il avait une réelle demande au niveau du maquillage longue durée dans ces cas-là.

J’ai alors décidé de me former sur la reconstitution d’auréoles mammaires en effet 3D. 

Combien de temps et comment se déroule cette formation ?

La formation dure quelques jours afin de travailler sur la dextérité les pigments et les aiguilles.

J’ai du m’entraîner de nombreuses heures sur des peaux synthétiques afin de recréer un relief et donner de la profondeur sur un sein lisse en respectant les irrégularités de la peau, la couleur de la muqueuse etc…

Je travaille avec le laboratoire Biotic Phocea qui est performant et qui respecte les normes européennes.

Est-ce douloureux pour ces femmes ?

Le tatouage reste quelque chose de supportable sur cette partie du corps car hélas ces femmes ont été ouvertes parfois plusieurs fois et au même endroit.

Les terminaisons nerveuses ont été coupées donc la sensation reste légère mais bien sûr chaque cas est différent…

Est-ce irréversible ? Ou doivent-elles le refaire ?

Le tatouage a une durée de vie de 3 ou 4 ans sur cette zone car c’est une zone peu exposée.

Cependant, tout dépend de la couleur du pigment : plus le pigment est foncé, plus le tatouage durera dans le temps.

Comment cela se déroule-t-il ?

Le déroulement se fait en plusieurs étapes. Tout d’abord, il y a un premier rdv pour une prise de contact où je regarde la poitrine, les cicatrices, la couleur de la muqueuse et ce qu’il est possible de faire. Ensuite j’établis un devis.

Si la cliente est d’accord, nous  fixons un 2e rendez-vous pour réaliser le tatouage.

Lors de ce 2e rendez-vous, je prends les marquages, je dessine l’aureole, nous choisissons les pigments ensemble et je pique… Je fais un premier jet puis la cliente doit alors patienter 3 semaines le temps de la cicatrisation en mettant de la crème cicatrisante.

Puis à l’issue de ces 3 semaines, nous nous revoyons.

Lors du 3e et du dernier rendez-vous, je crée alors une illusion en 3D avec des ombrages. Les aiguilles sont plus fines et les pigments plus foncés. Il faut alors patienter de nouveau 3 semaines pour la cicatrisation.

Le tatouage sera enfin cicatrisé et fini et la teinte aura pris sa couleur réelle.

Que vous apporte cette spécialité professionnelle dans votre vie personnelle ?

J’adore mon métier et c’est tellement beau de pouvoir redonner un semblant de féminité et de sourire à ces femmes qui ont souffert.

Le fait de ne plus se percevoir comme mutilée leur permet de se sentir mieux dans leur peau et de ne pas perdre leur identité.

Grâce à cette formation, je suis en mesure de recréer une auréole mammaire pour les femmes ayant été victimes d’un cancer du sein, d’éclaircir des marqueurs tumoraux, d’insérer des poils en maquillage permanent tout le long du sourcil pour garder une arcade sourcilière existante, de faire des ras de cils pour garder un regard intense après la chute des poils.

Cette réalisation a pour but une meilleure appropriation de son corps et de son visage.

Pour que cette parenthèse de la reconstruction soit réellement tournée. ■

Retrouvez Pauline sur Intagram : seebypaula

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire