Journée Internationale des Femmes : ces femmes qui nous inspirent et qui nous font du bien

Qu’elles soient jeunes ou plus âgées, minces ou rondes, noires ou blanches, toutes les femmes sont à l’honneur le 8 Mars.
A l’occasion de la journée de lutte pour les droits de la femme, La Vida Magazine vous présente une sélection non exhaustive de femmes qui nous inspirent et qui se battent pour la cause féminine.

 

Article rédigé par
Manon Lemonnier

La Journée Internationale de la lutte pour les droits des Femmes

Officialisée par les Nations Unies en 1977, la Journée Internationale des Femmes trouve son origine dans les luttes des ouvrières et suffragettes du début du XXe siècle, pour de meilleures conditions de travail et le droit de vote.
C’est une journée de manifestations à travers le monde : l’occasion de faire un bilan sur la situation des femmes. Traditionnellement les groupes et associations de militantes préparent des manifestations, pour fêter les victoires et les acquis, faire entendre leurs revendications, afin d’améliorer la situation des femmes.

Les dates clés

C’est à la conférence internationale des femmes socialistes de 1910 que l’idée d’une « Journée Internationale des Femmes » est lancée.

Lénine décide d’une Journée internationale des femmes, dont il fixe la date, le 8 mars, en souvenir des ouvrières de St-Pétersbourg. La date reste tout d’abord symbolique et c’est véritablement après la Seconde Guerre mondiale que les manifestations s’installent.

Le mouvement féministe démarre réellement en France après la 2nd guerre mondiale grâce à l’obtention du droit de vote et d’être élue pour les femmes prononcé par le Général de Gaulle.

Ce n’est qu’à partir de cette date que les femmes se font vraiment entendre. Avec l’émergence du mouvement de libération des femmes, la journée des femmes devient plus féministe, en rupture avec sa signification purement communiste.
Le 8 mars reprend une place symbolique importante dans les luttes des femmes.

La Journée Internationale des Femmes est enfin officialisée par les Nations Unies, existant cependant officieusement depuis 1911.

La Journée Internationale des Femmes est officialisée en France.

« C’est pendant l’Occupation que les mentalités ont changé, et c’est dans la Résistance que les femmes ont gagné le droit de voter et d’être élues. Elles avaient montré leur courage, pris des risques fous, reçu les clandestins, assuré la transmission des messages… Il était impossible de leur dénier encore le droit de vote. Ce n’est pas de Gaulle qui leur a donné. Ce sont les femmes qui l’ont glorieusement gagné. »
Annick Cojean, Le Monde, 9 mars 2001

<center<

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Ma Rue Par Achbé (@marueparachbe) le


Les années 70 : l’émergence du féminisme

Ce n’est qu’à partir de 1971 que les femmes se font vraiment entendre. Avec l’émergence du mouvement de libération des femmes, la journée des femmes devient plus féministe, en rupture avec sa signification purement communiste. Le 8 mars reprend une place symbolique importante dans les luttes des femmes.

Simone de Beauvoir : La première féministe

Simone de Beauvoir a participé au mouvement de libération des femmes dans les années 1970 et a très souvent été considérée comme une théoricienne importante du féminisme, notamment grâce à son livre Le Deuxième Sexe publié en 1949.

Simone Veil : Icône française de la lutte contre la discrimination des femmes en France.

En 1974, Simone Veil est nommée ministre de la Santé par le président Valéry Giscard d’Estaing, qui la charge de faire adopter la loi dépénalisant le recours par une femme à l’interruption volontaire de grossesse (IVG), loi qui sera ensuite couramment désignée comme la « loi Veil ».
Elle apparaît rapidement comme icône de la lutte contre la discrimination des femmes en France. Véritable figure de proue du mouvement libérateur de la femme, sur décision du président Emmanuel Macron, Simone Veil fait son entrée au Panthéon le 1er juillet 2018.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

3)16 Novembre 1974 bataille pour le droit à l’avortement 1974-1979 Ministre de la santé

Une publication partagée par simone.veil (@simone.veil) le


Les femmes se mobilisent de plus en plus pour leurs droits à partir des années 80

A partir des années 80, les femmes françaises se mobilisent de plus en plus pour la défense de leurs droits.
Le nouveau Ministère des Droits de la femme est confié à Yvette Roudy qui, pendant 5 ans, s’attache à réduire les inégalités entre hommes et femmes. En 1982, la Journée des femmes acquiert un statut officiel.

Madonna : La libération des moeurs

Aux Etats-Unis, une figure de la femme libérée se distingue : Madonna. Elle incarne le rêve américain et après plus de 30 ans de carrière, Madonna est toujours aussi médiatisée. Que ce soit à travers ses chansons, ses clips ou ses concerts, elle n’a jamais eu peur de revendiquer sa liberté sexuelle !
Notamment lors de sa prestation aux premiers « MTV Awards » en 1984, où elle était sortie d’un gâteau géant pour chanter « Like a Virgin », vêtue d’une robe de mariée avec une ceinture sur laquelle était écrit « jouet pour garçon ». Idem pour le clip de « Like a Prayer », qui mêlait sexe et religion, où là encore, Madonna en avait choqué plus d’un.
Toujours subversive, on pourrait également citer les prestations de sa tournée « Blond Ambition », en 1990, où les danseurs étaient censés la masturber pendant qu’elle chantait « Like a Prayer ».
En 1992, sortait aussi le livre « SEX », publiant tout un tas de clichés bien hot de l’artiste.
A travers toutes ces prises de positions et ces scandales, Madonna montre l’image d’une femme forte, indépendante et surtout totalement libérée du carcan masculin.
Elle qui n’est partie de rien, partage sa fortune en s’impliquant dans une trentaine d’associations caritatives, comme Amnesty International, Save The Children et l’UNICEF et notamment au Malawi, pays où elle a adopté quatre de ses six enfants. L’an dernier, l’un de ses gros projets s’est enfin concrétisé, à savoir : l’ouverture d’une unité de chirurgie pédiatrique à Blantyre, dans le sud du pays.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

The Choice of A New Generation………….#pepsi #goodtimes #likeaprayer

Une publication partagée par Madonna (@madonna) le


Meryl Streep : Une actrice engagée dès ses débuts

Une autre des figures de proue du féminisme est Meryl Streep. Cette actrice est très engagée pour la cause des femmes et ce, depuis le début de sa carrière au cinéma. Celle qui a toujours choisi des rôles de personnages féminins forts (« Le Diable s’habille en Prada », « La Dame de Fer » où elle joue le rôle de Margareth Thatcher, ou encore dans « Les Suffragettes ») pense que « Le monde change lorsque les femmes sont les propriétaires des sociétés et pas lorsqu’elles bossent pour des hommes. »

Meryl Streep se bat pour la cause féminine. Elle est pour l’égalité des sexes et pour l’égalité des femmes dans le milieu professionnel. Elle a conscience de l’importance de ce qu’elle défend. Elle sait que sa voix porte et s’en sert.
Avec des dizaines d’autres célébrités comme Jennifer Aniston, Reese Witherspoon ou Emma Stone, Meryl Streep a versé 500 000 dollars dans un fond destiné à payer les frais de justice de femmes sans ressources victimes d’abus. Ce projet, intitulé TimesUp, vise à réunir 13 millions de dollars.


 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Meryl Streep (@merylstreep) le


 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Pottermore (@pottermore) le


 

J.K Rowling : Nommée « Femme la plus influente de Grande-Bretagne »

J.K Rowling insuffle à ses fans l’inspiration sociale, morale et politique. Grâce au succès planétaire de son heptalogie romanesque, des films adaptés, ainsi que des travaux dérivés de Harry Potter, J.K Rowling a obtenu une fortune considérable, dont une partie est régulièrement reversée à de nombreuses associations caritatives luttant contre la maladie et les inégalités sociales.

J. K. Rowling est devenue une philanthrope reconnue en co-fondant notamment l’association Lumos qui œuvre pour la protection de l’enfance. Mère de trois enfants, elle est réputée pour aborder des idées et des thèmes profonds avec accessibilité et humour, et s’attacher régulièrement à des personnages placés en marge de la société.

Lien vers son association : https://www.wearelumos.org/


La libération de la parole des femmes se fait progressivement, et notamment grâce à l’émergence des réseaux sociaux

De nos jours, les réseaux sociaux offrent de plus en plus de parole aux femmes. Par exemple, le réseau social Instagram est utilisé par plus de 65% d’utilisateurs féminins.
De plus en plus de personnalités féminines sont représentées sur ce média et avec une forte expansion du nombre de blogueuses.

Lalaa Misaki, Coucou Les Girls… ces Instagrameuses qui s’engagent dans le « Body Positive »

Le « Body Positive », ce mouvement qui prône l’acceptation de soi, qu’on soit ronde ou mince, asiatique, blanche ou noire… est largement diffusé par les instagrameuses telles que Lalaa Misaki, blogueuse devenue mannequin plus size qui s’engage dans l’acceptation de soi en créant des collections grande taille, à la mode, dans les magasins de l’enseigne « Gémo ». Ou encore « Coucou les Girls », humoriste qui se bat contre les clichés sur les rondes et sur tous les physiques en général.

Quotidiennement suivies sur Instagram par des milliers d’utilisateurs, ces jeunes femmes permettent de faire avancer l’image de la femme. Cela permet de redonner confiance à de nombreuses femmes rabrouées par les diktats de la mode.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par L∆L∆∆ MIS∆KI (@lalaamisaki) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Coucou Les Girls (@coucoulesgirls) le


Vaimalama Chaves, Ashley Graham : elles ont subi le « body shaming » et en sont sorties plus fortes

La Miss France 2019, Vaimalama Chaves, a récemment annoncé qu’elle avait longtemps été critiquée sur son poids et avoir souffert de « body shaming » (critique de l’apparence du corps, jugé « hors normes »).
La mannequin plus size Ashley Graham fut également critiquée de manière vive sur les réseaux sociaux en étant annoncée comme une « fat model » (mannequin grosse). Celle qui est suivie par plus de 8 millions d’abonnés n’a pas tardé à répliquer en diffusant largement le hashtag #BeautyBeyondSize (la beauté au-delà de la taille).

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Vai Chaves (@vaimalamachavesoff) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par A S H L E Y G R A H A M (@ashleygraham) le


Ces jeunes femmes qui s’engagent pour un monde meilleur

 

Dans l’ère de l’information de masse, des prises de paroles féministes montent et prônent la parité hommes-femmes afin de faire bouger les choses.

 

 

Malala Yousafzai : Plus jeune lauréate de l’histoire pour le Prix Nobel de la Paix

Jeune pakistanaise de 21 ans, Malala Yousafzai, s’est battue pour les droits de la femme dans son pays et plus particulièrement contre les talibans tentant d’interdire la scolarisation des filles. Durant son enfance, Malala a écrit un blog pour la BBC2, racontant son point de vue sur l’éducation et sa vie sous la domination talibane.

Symbole de la lutte pour l’éducation des filles et contre les talibans, elle a reçu plusieurs distinctions pakistanaises et internationales. Après avoir été victime d’une tentative d’assassinat à l’âge de 15 ans par les talibans pour ses prises de positions, elle est transférée à l’hôpital de Birmingham au Royaume-Uni, et reçoit en 2014 le prix Nobel de la Paix à l’âge de 17 ans, et deviens la plus jeune lauréate de l’histoire de prix.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Malala Yousafzai (@malala) le


 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Emma Watson (@emmawatson) le

Emma Watson : Ambassadrice de bonne volonté d’ONU Femme

Emma Watson, véritable icone des 15/25 ans et mondialement connue pour son rôle d’Hermione dans Harry Potter, a été reçue il y a quelques semaines à l’Elysée par notre Président Emmanuel Macron pour dessiner des propositions à soumettre au G7, qui se tiendra à Biarritz du 24 au 26 août.
Ambassadrice de bonne volonté d’ONU Femmes, elle figurait parmi les personnalités invitées à travailler au sein du Conseil consultatif pour l’égalité femmes-hommes mardi 19 février. A l’issue de cette réunion, plusieurs idées ont été mises sur la table : conditionner l’aide publique au développement à l’accès des filles à l’éducation, créer un fonds mondial pour les victimes de viols comme arme de guerre et utiliser le poids du G7 pour pousser les géants du numérique (Google, Amazon, Facebook, Apple) à lutter contre le cyber-harcèlement.

 

Une chose est sûre, la parole de la femme se libère de plus en plus mais la Journée internationale des femmes reste aujourd’hui d’actualité car tant que l’égalité entre les hommes et les femmes ne sera pas atteinte, nous aurons besoin de la célébrer.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :