Jerome Blin : le créateur de princesses


En quelques années, le créateur Jérôme Blin est devenu incontournable de la scène montpelliéraine. 

Avec un style avant-gardiste, il crée des robes sur-mesure totalement adaptées à la femme qui les porte.

Robe de cocktail ou de cérémonie et bien sûr, robe de mariée, il vous réalisera celle qui vous fera vous sentir la plus belle des femmes.

Propos recueillis par Christine Pugliesi

 

Pouvez-vous nous dire où vous trouvez votre inspiration ?

Mon inspiration a des origines nombreuses et variées. Si je dois faire référence à la mode, je suis très influencé par le travail et les univers de Dior, Alexander Mac Queen et Vivienne Westwood.

Ensuite ça peut tout simplement être une musique, un extrait de film ou même un moment de pause en pleine nature.

Subitement, le modèle m’apparaît comme une sorte de flash.

Les tissus et matériaux peuvent aussi bien sûr être une grande source d’inspiration. Je suis évidemment très sensible au toucher et à la sensualité de ceux-ci.

Vos créations sont un peu « rock’n’ roll » avec des robes très courtes ou un peu transparentes. 

Est-ce une volonté de dépoussiérer le mariage traditionnel ?

Oui ! J’essaie de proposer des modèles différents tout en restant dans la tendance. Je ne vois pas trop l’intérêt de faire appel à un créateur s’il s’agit de faire un copier-coller avec un modèle proposé en série par des enseignes de robes de mariée.

Chaque modèle est unique, imaginé et conçu par rapport à une personnalité et une morphologie. Ce qui importe, c’est bien sûr le style mais aussi et surtout le confort. Il y a déjà suffisamment de stress à gérer le jour du mariage. Il est important que la mariée soit complètement à l’aise dans sa tenue jusqu’à presque l’oublier.

Je travaille également beaucoup pour des re-mariages et la mariee choisit vraiment de se faire plaisir.

J’aime et j’assume cette image de mariée rock et/ou un peu décalée !

Chaque modèle est unique, imaginé et conçu par rapport à une personnalité et une morphologie. 

Toutes vos robes sont faites à partir de tissu made in France. 

Pourquoi ce choix ?

C’est devenu un impératif !

Nous avons la chance d’avoir encore des fabricants de tissus en France qui proposent des matières de très haute qualité.

Il est important pour moi de collaborer et de travailler avec ces fabricants car c’est aussi la sauvegarde de notre patrimoine et il faut soutenir ces démarches. Ce sont parfois des artisans – tout comme moi – et nous avons les mêmes motivations : l’unicité et la qualité du travail.

Et puis, la dentelle française est la plus fine qui existe à mes yeux.

Des dentelliers parisiens proposent des motifs nouveaux et graphiques tout en les faisant réaliser dans des ateliers proches de Calais. J’adhère totalement car il y a de l’originalité appuyée par un savoir faire et une maîtrise technique irréprochables.

Pour toutes ces raisons, je prône le made in France.

Combien de temps faut-il vous contacter à l’avance pour avoir une robe ? 

L’idéal pour une robe de mariée, c’est de me contacter environ 7 à 8 mois avant la date du mariage car il y a plusieurs rendez-vous à prévoir. 

Tout d’abord, je rencontre la personne et je lui pose quelques questions sur ses attentes au sujet de sa future tenue. Aussi et surtout ce qu’elle ne veut pas ! Je commence à imaginer le modèle en fonction des détails et précisions qu’elle me confie. Ensuite, je lui soumets quelques croquis. Une fois que le croquis est validé dans ses grandes lignes, je réalise un prototype appelé « toile », dans le métier. Il s’agit d’un premier essayage qui nous permet d’avoir une première impression sur l’allure générale. Puis vient le travail des matières que j’aurais suggéré au préalable à la cliente.

Il faut en général 6 essayages espacés d’un mois environ ce qui justifie cette période.

Toutes vos créations sont sur-mesure. Prévoyez-vous une collection de prêt-à-porter ?

J’ai quelques pièces déjà réalisées à l’atelier et qui sont disponibles à la vente. Ce sont des pièces uniques. J’avoue que j’aime ce concept…

Mais parallèlement, je réfléchis au développement d’une gamme de prêt-à-porter. C’est un investissement conséquent au niveau financier mais cela me permettrait aussi de toucher une plus large clientèle.

Ma prochaine collection propose des modèles qui pourraient être déclinés en prêt-à-porter, ce qui montre que j’y réfléchis sérieusement ! ■


 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire