H-Burns au Rockstore ce jeudi 3 décembre

Véritable auteur, compositeur, interprète, Renaud alias H-Burns revient au Rockstore le Jeudi 3 décembre à 19h30 cette fois accompagné de musiciens.

Interview.

Comment peux-tu nous définir ta musique ?

Sur cet album, on est un peu plus pop que les précédents. Au départ, c’était de la folk très solo avec la guitare acoustique et là on tend vers du pop atmosphérique.

Comment es-tu passé de seul à un groupe avec des musiciens ?

J’ai commencé seul parce que j’avais des chansons en tête que je voulais faire seul. J’ai tourné pendant 2 ans et ensuite naturellement, les rencontres se font et j’ai eu envie de jouer avec d’autres. Du coup, j’ai fait plus d’arrangement sur les morceaux. Faire une tournée en groupe t’ouvre des possibilités.

C’est dur d’être seul en tournée ?

C’est un drôle de truc de voyager tout seul. Tu es plus obligé d’aller vers les autres pour les rencontrer. C’est un peu spécial ce truc de loup solitaire mais c’est pas mal. Je pense que c’est une expérience à faire au moins une fois dans sa vie.

Quelles sont tes influences musicales ?

Elles sont multiples. Au départ, je suis allé chercher du coté de Leonard Cohen, Neil Young, pour le coté folk. Ensuite, pour le coté axé sur l’indie rock, c’est la scène des années 90 qui m’a influencé. J’ai fait un fin mélange de tout ça.

Quels sont tes meilleurs souvenirs de scène ?

Le concert qu’on a fait à la Maroquinerie à Paris dernièrement était particulièrement fort. On était proche du public physiquement et on a ressenti quelque chose de particulier. On a eu un réel échange avec eux, on les a senti touchés.

Tu préfères jouer dans des salles intimistes ou des grandes salles ?

J’ai pas de règles. Parfois tu joues dans des salles bondées de monde et il y a un truc qui se passe. Mais globalement, je préfère les petites salles de rock’n’roll !

Tu bosses déjà sur un nouvel album ou pas ?

Oui, j’ai déjà pas mal avancé sur la composition du prochain. Je pense qu’au printemps, il sera disponible.

Tu as eu envie de composer pour d’autres ?

Oui tout à fait. J’ai bossé pour la chanteuse Alma Forrer. C’est la première fois que je vais travailler pour quelqu’un d’autre sur tout un album. Par le passé, j’avais déjà collaboré avec d’autres artistes, notamment Bertrand Belin. J’avais bien aimé travailler avec lui parce qu’il chante en français alors que moi j’écris habituellement en anglais. Ça change un peu, cela m’amène vers quelque chose que je ne maitrise pas.

Ça te met en danger ?

Oui absolument ! C’est quelque chose de vital !

Ah bon ? C’est vital la mise en danger ?

Non mais je reste dans la mise en danger contrôlée avec un pronostique vital non engagé ! (rires)

Ecrire pour une autre personne, c’est un peu compliqué non ? Il faut chercher la sensibilité de l’autre ?

Oui c’est ça ! Notamment pour une fille ! J’ai dû me projeter différemment mais c’était très intéressant d’être un peu schyzo (rires).

Tu veux faire passer un message à ton public montpelliérain ?

La dernière fois, j’étais en solo au Rockstore et là on revient en groupe donc ça va être cool. Et on joue avec un groupe de Montpellier, les Kursed

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :