Frappe-toi le cœur – Amélie Nothomb

Le partage du vendredi.
Aujourd’hui, nous avons choisi de vous présenter:

 

Frappe-toi le cœur

Amélie Nothomb

Albin Michel

 

Chaque année, Amélie Nothomb publie un ouvrage. En 2017, elle nous a proposé Frappe-toi le cœur, dont le titre est directement inspiré d’une citation d’Alfred de Musset : « Frappe-toi le cœur, c’est là qu’est le génie. ».

 

Ce livre, c’est l’histoire de Diane.

Pour mieux comprendre cette dernière, au début du roman, on fait la connaissance de Marie, sa mère qui est alors une jeune femme de 19 ans. Celle-ci est très belle et compte bien en tirer profit car elle ne trouve pas de bonheur plus grand que celui d’être désirée, enviée et jalousée. Mais après avoir séduit le plus beau garçon du village, elle se retrouve enceinte, un état qui ne correspond en rien aux grandes attentes qu’elle nourrissait.  Ainsi, lorsqu’elle donne naissance à sa fille, elle ne lui témoigne aucun amour comme si elle était responsable d’avoir mis fin à ses plus belles années et en devient même jalouse car elle lui vole la vedette.

On découvre donc Diane, petite fille obligée de grandir trop vite. Amélie Nothomb nous livre les états d’âmes de cet enfant qui raisonne (étrangement) comme une adulte et qui ne désire rien de plus que d’être enfin aimée par sa mère. On est frappé en plein cœur par la souffrance de cet enfant si lucide, souffrance qui montera crescendo avec la naissance de son frère et de sa sœur, avec lesquels, sa mère n’aura pas du tout le même comportement. Diane a réussi à gérer l’indifférence  mais lorsque la différence s’en mêle son petit cœur a bien du mal à tenir le coup.

Lasse et triste devant tant d’injustices, elle  tentera de fuir la nocivité de sa mère et  poursuivra son chemin vers des études afin de devenir cardiologue (génie du cœur…). A la faculté, elle se liera avec une maître de conférences, Olivia. Un étrange rapprochement où Diane donnera tout pour se faire apprécier,  aimer, comme si elle pouvait enfin obtenir la reconnaissance d’une mère…

Frappe-toi le cœur, c’est une affaire de femmes où les hommes ne font office que de figurants ; l’histoire d’une mère toxique et de sa fille ; un roman sur la jalousie, les blessures, la souffrance, et l’envie d’être aimé ; un récit où le cœur est malmené…

On peut avoir l’impression que tout est trop rapide, trop sommaire mais c’est le rythme de l’auteur : on aime ou on n’aime pas…

Toutefois,  c’est un roman qui se dévore comme à chaque fois avec un brin de cynisme et une écriture percutante. C’est brut, c’est droit au but, c’est Amélie Nothomb.

 

 

Extraits :

« C’était donc cela, le sens, la raison d’être de toute vie : si l’on était là, si l’on tolérait tant d’épreuves, si l’on faisait l’effort de continuer à respirer, si l’on acceptait tant de fadeur, c’était pour connaître l’amour. »

« Maman, j’ai tout accepté, j’ai toujours été de ton côté, je t’ai donné raison jusque dans tes injustices les plus flagrantes, j’ai supporté ta jalousie parce que je comprenais que tu attendais davantage de l’existence, j’ai enduré que tu m’en veuilles des compliments des autres et que tu me le fasses payer, j’ai toléré que tu montres ta tendresse à mon frère alors que tu ne m’en as jamais témoigné une miette, mais là, ce que tu fais devant moi, c’est mal. »

« « La bêtise, c’est de conclure » a écrit Flaubert. Cela se vérifiait rarement autant que dans les querelles, où l’on identifiait l’imbécile à son obsession d’avoir le mot de la fin. »

 

 

Cécile BG

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire