Dur, dur d’être maman…

 

Dur, dur d’être maman…

 

Cet homme me regarde intensément…

Pas comme les mecs me regardaient il y a quelques années… Eh oui, deux grossesses, ça laisse des traces quand même… J’ai la chance d’être la maman comblée de deux beaux enfants de 3 ans et 9 mois. Comblée, remplie, pleine… Rythme intensif du dur job de mère, pas une seconde de répit, pas un seul temps mort. Maman, debout sur le pont dès 6 h 30 avec un réveil en fanfare grâce au petit dernier qui hurle jusqu’à ce qu’il ait son biberon.

Si j’avais imaginé un instant à quel point mon quotidien allait être bouleversé, j’aurais effectué un stage de survie pou mieux m’y préparer. Le genre de séjour à la dure où l’on vous apprend à faire face à toute épreuve, où vous devez vous débrouiller par vos propres moyens même en situation de crise. Je n’exagère pas, personne ne peut être préparé à trois ans, soit plus de mille nuits (ou plutôt des semblants de nuits) avec quelques heures de sommeil tout au plus, et bien sûr entrecoupées de plusieurs réveils. Mon Dieu, où sont passées mes grasses mat’ du dimanche matin ? Et les soirées qui précédaient ? Elles ont, elles aussi, disparues… Zombie du lundi au dimanche, pas assez d’énergie… Et toutes mes copines qui n’ont pas encore de rejetons et qui ne comprennent pas mes absences : on rigolera bien quand ce sera leur tour…

De deux à quatre au sein de la famille : deux à quatre fois plus de lessives avec les bodys qui ont épongé le surplus de la couche, les pyjamas pleins de tâches de carottes et tous mes gilets avec les traditionnelles tâches blanchâtres sur l’épaule, vestiges du petit rejet après le rot. Je ne parle même pas du fer à repasser remisé au fond du placard depuis 36 mois…. Trop peu de sommeil… Trop de fatigue… Et un rythme digne des sportifs du plus haut niveau… bébé jette tous ses jouets par terre, un jeu sans fin… Les spécialistes disent que c’est important pour son développement, pour qu’il comprenne que les objets continuent d’exister même lorsqu’il ne les voit plus… Mais personne ne parle des nerfs de maman qui inlassablement ramasse, rend, ramasse, rend, ramasse, craque ! L’ainé sème des miettes et des jeux dans toute la maison comme le petit poucet… Pas d’ogre mais toujours maman qui passe, repasse, aspire, nettoie, range, passe, repasse, réaspire, renettoie, rerange, recraque !

Et la petite voiture sur laquelle on marche et on glisse à l’heure de partir le matin… Car bien sûr, Maman, c’est un boulot à 100 % mais pas assez lucratif donc il faut partir au boulot le matin…
Biberon donné, douche prise en deux minutes chrono, une intimité incroyable avec bébé qui t’observe depuis son transat, un rapide ravalement de façade pour camoufler au mieux les traces de la nuit passée, vite réveiller le grand qui râle et pleurniche car il ne veut pas aller à la garderie, bébé qui commence à s’agiter, séance habillage, « promenons nous dans les bois pendant que le loup n’y est pas, si le loup y était, il nous mangerait mais comme il n’y est pas, il nous mangera pas ! Loup y es-tu ? Loup que fais-tu ? » Vite toujours, faire déjeuner mon loulou, changer la couche de bébé… Et partir… Oh non… « Tu es sûr que tu as vraiment envie de faire caca maintenant ? » Et voilà comment commencer la journée en retard !

Puis la suite des réjouissances à l’arrivée au boulot : « tu n’as pas l’air en forme ? Moi je… Moi je… » Avec tous ces collègues qui vous font vous sentir une mère minable et dépassée…. À les entendre, leurs enfants ont toujours bien pris leur repas, jamais soufflé dans la cuillère de purée
verte ; ont toujours bien dormi, pas de colite, de cauchemar ou de pipi au lit ; n’ont jamais fait de caprice et ne se sont jamais roulé par terre au milieu du supermarché… Des parents zen, cools, Monsieur et Madame parfaits ont un fils… Comment s’appelle-t-il ? Non sérieusement, j’ai du mal à croire à leur version édulcorée de l’histoire… J’aimerais tant avoir au moins une collègue, que je pourrais retrouver à la machine à café et avec laquelle on pourrait se plaindre, vider notre sac de maman au bout du rouleau…

Et oui, je l’avoue, je suis parfois en mode MMD, Maman Méga Désespérée… Je rêve tant de dormir… Une nuit au moins… Complète bien sûr… De couper un peu avec le rythme quotidien… Quelques jours sans courses, lessives, ménage et repas ! Pas de « qu’est ce qu’on mange ce soir Maman? Ou de « Chérie, je n’ai plus de caleçon ! » Une semaine loin du boulot et des « Anne, vous avez fini le dossier en cours ? » Un peu de temps pour moi… Moi, plus épouse, plus mère, plus employée que femme…

Une femme, cela doit avoir le temps d’aller chez le coiffeur, ou l’esthéticienne au lieu d’enchaîner les rendez-vous chez le pédiatre et le kiné… Une femme, cela doit pouvoir feuilleter un magazine ou un bon roman plutôt que de déclarer les salaires de la nounou et finir les dossiers à 23 h… Une femme doit pouvoir se sentir femme par moment…

Le regard de cet homme toujours fixé sur moi. Et mon mari qui n’est pas là, une fois encore parti en déplacement à l’autre bout du pays…

Une maman se doit d’être multifonctionnelle. Mais je ne suis tout de même pas une wonderwoman ! Il me faudrait trois paires de bras ou des journées de 36 h pour m’en sortir… Et si je partais en vacances ? Il doit bien exister des cures spéciales mamans à bout, une cure en thalasso, où le portable est interdit, ou injoignable, protégée, on peut s’exiler et se ressourcer… Il y a bien des séjours réservés aux célibataires… Comme s’ils étaient plus à plaindre que les mamans d’enfants en bas âge… Non, je vais trop loin là…

Je suis un peu excédée, complètement épuisée mais je n’échangerai ma place pour rien au monde… J’aime mes enfants du plus profond de mon cœur. Ce dernier menace d’exploser quand mon grand me court dans les bras à la sortie de l’école ou quand mon petit me fait un sourire à faire fondre la banquise. Rien n’est plus beau, plus grand que l’amour que je leur porte. Je les aime tant, à la folie, à l’infini… Des moments de pur bonheur qui éclipsent les affres de jeune maman… Je vais y arriver… Mais qu’est ce qu’il me veut encore celui-là ?

  • Madame, vous avez entendu ce que je viens de vous dire ? Félicitations ! Ce sont des jumeaux !

Par Cecyloo

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :