Ça m’agace – Jean-Louis Fournier

Le partage du vendredi.

Aujourd’hui, nous avons choisi de vous présenter :

 

Ça m’agace

Jean Louis Fournier

Éditions Anne Carrière

 

A la place d’une dédicace mielleuse, on trouve en première page de Ça m’agace cette phrase : « Jean-Louis, tu n’es jamais content, tu te plains toujours. »

Pas de suspens, on rentre tout de suite dans le vif du sujet car ce livre est tout bonnement une compilation de 47 billets d’humeur ou plus précisément de mauvaise humeur.

Jean-Louis Fournier ne se censure pas, tout y passe : des moustiques aux pigeons, des cambrioleurs aux policiers, des croissants aux guillemets (ne cherchez pas le lien,  il n’y en a pas) ou encore des routiers au ministre de la santé : rien ni personne n’est épargné.

Mais cette mauvaise humeur n’est pas contagieuse. Bien au contraire, on se retrouve plutôt le sourire aux lèvres devant les coups de sang du narrateur et son humour cynique. Beaucoup de réalisme, des anecdotes parfois déroutantes, parfois très drôles, un mélange de critiques et de sarcasmes font de ce livre un ouvrage loin d’être agaçant.

Ces coups de gueule très succincts donnent un bon rythme à la lecture, on n’a pas le temps de s’ennuyer car on veut découvrir ce que l’auteur a bien pu décrier à la page suivante… Mais c’est peut-être le seul reproche qu’on puisse justement faire, car même si toutes les bonnes choses ont une fin,  la fin du livre arrive un peu trop vite.

Pour résumer, Ça m’agace est un petit livre jubilatoire à l’humour mordant, un recueil de critiques sarcastiques,  qui se dévore en un rien de temps.

 

Extraits :

« Le paparazzo d’oiseaux travaille en toute impunité. Il ne craint rien. Les animaux ne sont pas comme les princesses de Monaco. Les oiseaux n’ont pas d’avocat. »

« Les mots « bonne journée » sont des mots qu’on a usés, ils n’ont plus de sens, plus de goût, comme les escalopes de dinde industrielle du supermarché. »

« Heureusement vous pensez à nous, vous pensez pour nous. Vous nous rajeunissez, grâce à vous nous nous retrouvons à l’école maternelle. Pourquoi vous nous prenez pour des cons, Monsieur le ministre ? »

 

Cécile BG

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :